Fermer la Pub..

Des organisations de femmes favorables au réferendum

Par - Mis à jour le 2021-06-01 à 22:26

Publié le 2021-06-01 à 22:26

La représentante de FEDOFEDH, Madame Augustin.

Les opinions se divergent sur l'organisation du référendum qui se propose de doter le pays d'une nouvelle constitution. Une Fédération d'organisations de femmes se disent pour la tenue de ce scrutin. "Ce texte de loi est une opportunité  pour les femmes Haitiennes de briguer des postes de décision", selon la dirigeante de la Fédération des Organisations de Femmes pour l'Égalité des Droits Humains (FEDOFEDH), Novia Augustin. La presidente de cette structure par ailleurs appelle les femmes à soutenir le projet.

Fermer la Pub..

D'entrée de jeu, la représentante de FEDOFEDH, Madame Augustin a placé sur le banc des accusés la constitution de 1987. Cette dernière constitue un frein à la participation effective des femmes dans la vie politique de leur communauté. L'accès au pouvoir leur a été presqu'impossible vu les violences de toutes sortes qui entachent souvent les processus. Avec cette nouvelle constitution envisagée par voie référendaire, les femmes Haïtiennes pourront réclamer une discrimination positive afin d'obtenir une plus large participation, mais aussi l'accès à des postes de décision en Haïti.

Pour se faire, la militante des droits de la femme encourage une lutte acharnée. Les femmes se rapproche du but avec cette nouvelle constitution en préparation. " c'est une chance que vous avez. L'important c'est pas d'empêcher le reférendum, mais plutôt d'en chercher nos intérêts", a martelé Novia Augustin arguant que le réferendum est en essence une affaire de pays.

Elle invite les autres secteurs à la modération et à la sagesse. Car, fait-elle savoir, le changement de la constitution est un voeu sur lequel il y a unanimité. " S'agissant de savoir qui est légitime pour le réaliser? Le problème ne s'y trouve vraiement pas. Le fondamental est: quel est son contenu et comment en profité", défend la militante féministe.

Les organismes feministes sont consultés. Elles partagent avec les membres de la CCI leur inconfort et les points importants de la charte nationale. "Ce sera une très bonne initiative pour le pays aussi pour le développement durable du pays si l'executif maintient son mot. Madame Augustin par ailleurs, place plutôt le débat sur quel mécanisme mettre en place pour respecter la constitution. " nous n'avons jamais eu de problème de constitution. Nous souffrons seulement d'un mal de respecter la loi", affirme-t-elle clouant au pilori le parlement qui, selon elle, constitut le véritable obstacle aux velléités du peuple.

Mme Auguatin plus loin, précise qu'elle va sensibiliser les femmes à tous les points de vue,  applaudissant dans la foulée les avancées enrégistrées dans la question de parité entre les genres.

HCI - A La Une

Videos

Ky-Mani Marley, One Time..

Lorem Ipsum is simply dummy text of the printing and typesetting indus..

Where can I get some?..

Fermer la Pub..